Fonds communs de placement versus FNB – ce qui les distingue et comment savoir lequel de ces instruments vous convient

 Une illustration de flèches divergentes dans deux directions différentes.

Ces dernières années, vous avez peut-être entendu parler des fonds négociés en bourse (FNB) comme solution de rechange aux fonds communs de placement.

Les FNB ont vu leur popularité croître auprès des Canadiens comme type de placement. En fait, ceux-ci avaient acquis des actifs à un taux annuel de 28 % à la fin de l’année 2017, par comparaison avec un plus modeste taux de 10,3 % dans le cas des fonds communs de placement1.

Mais comment déterminer lequel de ces deux types de fonds répond le mieux à vos besoins de placement? Il suffit de les comparer.

Comment définit-on un fonds commun de placement et un FNB?

Les deux types de fonds sont des regroupements de placements gérés par des gestionnaires de fonds professionnels. Ils vous permettent d’investir dans un large éventail d’actions et d’obligations et d’ainsi diversifier vos placements instantanément. 

Les fonds communs de placement et les FNB peuvent être utilisés dans le contexte d’une stratégie de placement à long terme, tandis que les FNB peuvent être employés dans le cadre de pratiquement n’importe quelle stratégie de placement, y compris la spéculation sur séance. Les FNB se négocient en temps réel (comme les actions). En ce qui concerne les fonds communs de placement, l’achat ou la vente de parts ne peut se faire qu’à la fin de la journée, et les substitutions de parts demandent deux jours en plus de la journée de l’achat ou de la vente.

Les deux types de fonds constituent des instruments de placement fort prisés des Canadiens. L’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC) rapporte que les investisseurs canadiens détenaient 1,48 billion de dollars dans des fonds communs de placement au 31 décembre 2017. En 2015, un tiers des ménages canadiens détenaient des fonds communs de placement2.

Selon l’Association canadienne des FNB (ACFNB), les Canadiens possédaient des actifs de 145,75 milliards de dollars dans des FNB en date du 31 décembre 20172.

Point commun des deux types de fonds : ils vous permettent d’investir dans un régime enregistré d’épargne-retraite (REER), un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR), un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) ou un régime enregistré d’épargne- études (REEE). Leurs parts peuvent aussi être détenues dans des comptes non enregistrés.

Tant les fonds communs de placement que les FNB offrent deux façons de tirer un revenu du placement. La première consiste à réaliser des gains en capital à la vente des parts du fonds si le produit de la vente est supérieur au prix des parts souscrites. La deuxième consiste à toucher des distributions.

Selon le type de fonds que vous décidez de souscrire, vous pourriez recevoir des distributions de dividendes, d’intérêts, de gains en capital ou d’un autre type de revenu que le fonds gagne sur ses placements. Dans le cas d’un fonds commun de placement, vous pourriez recevoir des distributions en espèces ou les voir réinvesties dans le fonds pour vous. À moins que vous demandiez que les distributions vous soient versées en espèces, le fonds commun réinvestit généralement les distributions pour vous.

Contrairement à nombre de fonds communs de placement, les FNB ne réinvestissent pas vos distributions en espèces dans d’autres parts. L’argent est plutôt détenu dans votre compte jusqu’à ce que vous donniez des directives sur la façon de l’investir. Vous pourriez devoir payer une commission de vente sur tout placement que vous souscrirez. Certaines sociétés de placement offrent un programme visant à souscrire automatiquement plus de parts de FNB pour vous. Dans un tel cas, ces souscriptions automatiques ne devraient pas occasionner de commission de vente à payer.

Comment se comparent les coûts des fonds communs de placement et des FNB?

Si vous êtes soucieux des coûts, vous pourriez trouver alléchants les frais annuels inférieurs et l’absence de montant minimal d’investissement qui caractérisent les FNB. Il ne faut pas oublier toutefois que si vous désirez investir de petites sommes régulièrement (p. ex. au moyen d’une stratégie d’achats périodiques par sommes fixes ou de prélèvements préautorisés), les commissions que vous aurez à payer pour ces transactions pourraient éroder le rendement en augmentant le coût de votre placement dans des FNB.

Par rapport aux FNB, les fonds communs de placement font généralement l’objet d’un montant minimal d’investissement et de coûts supérieurs, comme des frais de gestion de placement et des frais d’exploitation. Par contre, il convient de rappeler que ces frais supérieurs valent aux investisseurs les services d’un gestionnaire autrement plus actif dans la sélection et la gestion des placements du fonds.

Dans une chronique de Canadian Business, le journaliste financier Larry MacDonald mentionne que le débat entre fonds communs de placement et FNB omet généralement le fait que les coûts des premiers comprennent souvent le coût de conseils financiers, de sorte que mesurer ces coûts à ceux des FNB revient à comparer des pommes et des oranges3.

Si vous n’arrivez pas à choisir entre les fonds communs de placement et les FNB en raison de leurs coûts de placement, demandez-vous quel type d’investisseur vous êtes.

Investir dans des FNB

Si vous aimez avoir la responsabilité de gérer vos placements, il se peut que les FNB vous conviennent davantage.

À l’instar des actions, les FNB sont négociés toute la journée, et leur cours peut donc changer chaque minute. Le cours des parts d’un fonds commun de placement est établi à la fin de chaque journée de négociation. Vous ne pouvez donc souscrire des parts qu’à leur cours de clôture, appelé valeur liquidative.

La souplesse offerte par les FNB quant au moment de la transaction est idéale pour certains investisseurs, puisqu’ils peuvent effectuer une transaction n’importe quand pendant les heures d’ouverture du marché. Si vous désirez participer activement à vos transactions et exercer un contrôle sur l’achat et la vente des parts, peut-être devriez-vous investir dans des FNB.

Investir dans des fonds communs de placement

Par contre, si vous êtes plutôt le genre d’investisseur qui désire avoir moins de contrôle et profiter plutôt d’une expérience simple où vous avez peu à intervenir, le tout avec l’aide d’un représentant en investissement professionnel, les fonds communs de placement pourraient être un choix tout indiqué pour vous.

Ces fonds conviennent aux gens qui désirent voir leur portefeuille géré professionnellement. Ils vous permettent également de mettre facilement en place des prélèvements automatiques d’un montant fixe, ce qui vous évite de devoir vous rappeler chaque mois qu’il est temps d’investir dans vos fonds communs de placement.

Enfin, les fonds communs de placement offrent des séries et structures supplémentaires qui ne sont pas offertes par les FNB. Ces séries et structures peuvent vous procurer des rentrées de fonds régulières ou encore investir votre argent avec une efficience fiscale accrue.

Vous avez encore des questions?

Il se pourrait qu’une combinaison des deux types de fonds soit la solution convenant à votre situation propre. Un représentant en investissement peut vous aider à définir vos objectifs, votre situation financière et votre tolérance au risque en vue d’élaborer un régime de placement qui vous aidera à faire les bons choix.

1 Faits et chiffres Opens in a new website, L’Institut des fonds d’investissement du Canada

2 Statistiques sur l’industrie Opens in a new website (contenu en anglais seulement), Association canadienne des FNB

3 Larry MacDonald, « I thought I wanted a mutual fund » Opens in a new website (en anglais seulement), Canadian Business, 19 oct. 2009

Communiquez avec un représentant en investissement.